Présentation du projet MAR.VEN

Le Projet MAR.VEN. a pour objet les statuts (mariegole) des métiers vénitiens, rédigés à partir du XIVe siècle et réformés au début du XVIe, suite à la constitution d’une nouvelle magistrature de contrôle (Savi alle mariegole). Les premiers statuts ont fait l’objet d’une édition au début du XXe siècle (G. Monticolo, I capitolari delle arti veneziane sottoposte alla Giustizia e poi alla Giustizia vecchia dalle origini al MCCCXXX, Rome 1896-1914), alors que les versions postérieures des statuts anciens et les statuts des nouveaux corps de métier n’ont que rarement fait l’objet d’études systématiques. 

Le XVIe siècle est, pour l’économie vénitienne, le moment d’une réorganisation fondamentale, suite aux nouveaux équilibres du commerce international. Dans un contexte de crise, les élites marchandes – nobles et bourgeoises – s’investissent de plus en plus dans les activités artisanales et industrielles, et notamment dans l’industrie du luxe. Par le projet MAR.VEN nous souhaitons approfondir et rendre accessible le volet règlementaire de cette évolution majeure. Loin de contenir simplement des règles ‘internes’, les statuts contiennent la transcription des lois promulguées par les gouvernement central (et notamment par le Sénat de Venise) au sujet de chaque métier. Ces documents mettent donc en lumière non seulement la vie ‘interne’ du corps de métier, mais aussi l’ensemble de la politique du gouvernement vénitien en matière économique. 

Le projet MAR.VEN. se concentre sur les métiers qui sont au cœur des transformations de l’économie vénitienne à cette époque, et notamment les ‘arts’ qui produisent et commercialisent les produits de luxe: arts de la soie, du verre, des métaux précieux (joailliers, diamantaires, bijoutiers, batteurs d’or), des fourrures, des parfums et de la mercerie ; activités ‘artistiques’ : peinture et sculpture. 

Il s’agit d’un corpus documentaire très vaste, de plusieurs milliers de feuillets manuscrits, conservé à la Bibliothèque du Musée Correr de Venise. Une des rares copies des Statuts des tisserands vénitiens de samit de soie se trouve à la Bibliothèque Municipale Jacques Villon de Rouen (Manuscrits Collection Montbret, n. 219).

(1) Simone Rauch (ed.), Le mariegole delle arti dei tessitori di seta. I Veluderi (1347-1474) e I Samitari ( 1370-1475), Venise, Comitato per la pubblicazione delle fonti relative alla storia di Venezia, 2009


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.