Perspectives d’un outil de recherche en ligne

La base de données relationnelle conçue dans le cadre de MAR.VEN a été transposée en XML EAD afin d’utiliser un outil  (intitulé MaX) développé par la MRSH de Caen permettant de générer un outil de recherche en ligne. La base de données en ligne fait le lien avec les images des numérisations, lesquelles sont stockées sous Nakala.

En effet, les fichiers haute définition transmis par le Musée Correr ont été versés dans l’entrepôt de la TGIR Humanum (sous embargo jusqu’à l’aboutissement du projet), garantissant leur préservation à long terme. Le déploiement récent d’une solution IIIF sous Nakala permet d’accéder à ces images selon des formats et définitions calculés à la volée par un serveur. Cela donne une très grande souplesse en permettant de générer des vignettes de prévisualisation, des images optimisées pour le web, mais aussi l’accès direct aux sources via des API. De plus, il est ainsi possible de créer des visionneuses permettant de consulter le registre indépendamment de l’outil de recherche.

Le projet initial prévoyait le recrutement d’un post-doc sur 24 mois. Grâce aux 12 mois au total de contrat, une dizaine de statuts ont pu être complétés et seront rapidement disponibles en accès libre. Le projet MAR.VEN. suscite un grand intérêt au sein de la communauté scientifique et nous envisageons de le poursuivre, en participant à des appels à projets internationaux, grâce à la collaboration d’une équipe de spécialistes d’histoire vénitienne, des universités de Venise Ca’ Foscari, Padoue et Warwick.

L’un des enjeux serait aussi d’augmenter le corpus avec d’autres mariegole (il en existe plusieurs centaines), de l’étendre à d’autres villes italiennes, voire à d’autres pays afin de permettre des comparaisons transversales à l’échelle européenne.