Inventaire des Trouvailles d’Argent Monnayé dans les provinces nord-continentales de l’Empire romain (IVe-VIe siècles)

Le projet ITAM vise à concevoir une base de données permettant le recensement et la description des trouvailles de monnaies d’argent tardo-antiques, c’est-à-dire frappées entre le IVe et le VIe siècles apr. J.-C.

Pourquoi un projet centré sur la monnaie d’argent au cours de cette période de transition entre l’Antiquité tardive et le Moyen Âge ? Parce que l’on s’est souvent contenté d’allusions à l’emploi de l’argent sans traiter de la circulation de la pièce d’argent et de ce qu’elle est susceptible de nous apprendre sur la gestion de l’héritage romain – tel un miroir reflétant les peurs contemporaines du déclin et de l’effondrement qui connaissent aujourd’hui un nouvel essor au sein de l’Union européenne.

Le projet ITAM traduit d’abord un souci : celui de construire un outil de référencement, à vocation nationale et internationale, appuyé sur un dispositif technologique issu du web de données pour centraliser une documentation harmonisée souvent difficile d’accès et éparpillée sur le territoire, dans des dépôts, des musées (etc.), le but recherché étant de pouvoir réunir un matériel étendu, fiable et sans trop de variables selon les périodes ou les régions. Le cadre géographique retenu en guise de zone test est celui des provinces continentales nord-occidentales (France, Allemagne, Pays-Bas, Belgique, Luxembourg). Enfin et surtout, l’exigence primordiale est de pouvoir synthétiser des informations qui s’intégreraient par accumulation dans des regroupements vecteurs de tendances générales et de compréhension de l’histoire monétaire, celle en particulier de la gestion de l’héritage romain. C’est la conviction qu’en associant un matériel étendu, on verrait transparaître sens, impulsion et finalité pour étudier l’usage monétaire de l’argent dans les provinces nord-occidentales de l’Empire romain tardif et dans les royaumes barbares successifs. Proposer en somme une uniformisation dans le recensement des trouvailles de monnaies d’argent tardo-antiques qui serait le résultat d’une coopération entre spécialités (numismatique et humanités numériques). 

Responsable scientifique

Pierre-Marie Guihard, Ingénieur d’études numismate, CRAHAM